La discipline médecine générale

Partager sur Facebook
CGEOI

« La médecine générale est une discipline universitaire qui s’appuie sur une pratique, une recherche et un enseignement. » (1)

« La médecine générale n’est pas la compilation d’une partie des autres disciplines ni une autre façon d’exercer la même médecine dans un contexte différent. Elle se consacre aux soins primaires et privilégie la démarche clinique par rapport à l’intervention technique. » (2)

Le médecin généraliste est aujourd’hui le spécialiste de soins premiers. La notion de soins premiers anciennement appelés soins primaires est une notion définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lors de la conférence d’Alma Ata, en 1978, est précisée en 1996 par l’American Institute of Medicine.

Le médecin généraliste coordonne la prise en charge du patient, assure la synthèse, permet la continuité des soins dans le cadre d’un suivi au long cours et développe une démarche de santé publique.

En 1972, la WONCA (World Organization of National CollegesAcademies and Academic Associations of General Practitioners/FamilyPhysicians) voit le jour (3). La mission de cette organisation mondiale des médecins généralistes, médecins de famille est de promouvoir et de développer la discipline « Médecine Générale » pour obtenir et maintenir un haut niveau d’éducation, de formation, de recherche, de pratique clinique au bénéfice individuel des patients et de la communauté.

La première définition de la médecine générale réalisée par le groupe de Leeuwenhorst en 1974 est centrée sur les activités professionnelles du médecin généraliste (4).

En 2002, la WONCA a su impliquer les différentes structures européennes de médecine générale pour valider une définition consensuelle de la médecine générale, publiée avec l’assistance et la coopération du Bureau européen de l’OMS.

La discipline médecine générale est définie par onze critères :


1- Premier contact habituel avec le système de soin, permettant un accès ouvert et non limité aux usagers, prenant en charge tous les problèmes de santé, indépendamment de l’âge, du sexe, ou de toute autre caractéristique de la personne concernée.
2- Utilisation efficiente des ressources du système de santé, à travers la coordination des soins et la gestion du recours aux autres spécialités.
3- Approche centrée sur la personne, dans ses dimensions individuelle, familiale et communautaire.
4- Mode de consultation personnalisée à travers une relation Médecin/Patient privilégiée.
5- Responsabilité de la continuité des soins dans la durée selon les besoins du patient.
6- Démarche décisionnelle spécifique, déterminée par la prévalence et l’incidence des maladies dans le contexte des soins primaires.
7- Prise en charge simultanée des problèmes de santé aigus ou chroniques de chaque patient.
8- Intervention au stade précoce et non différencié du développement des maladies, pouvant requérir une intervention rapide.
9- Développement de la promotion et de l’éducation de la santé.
10- Responsabilité spécifique en terme de santé publique.
11- Réponse globale aux problèmes de santé dans leurs dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle. »

Cette définition de la WONCA n’a pas seulement un intérêt académique ; elle permet aussi une contribution forte au positionnement central de la Médecine Générale dans le système de santé.

Les deux représentants de la France au sein de la WONCA sont le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) et la Société Française de Médecine Générale (SFMG).

Crée en 1983, le Collège National des Généralistes Enseignants Français (CNGE) s’attache à développer une nouvelle approche sur la place et les missions de la médecine générale dans le système de soins. Il entreprend d’écrire et de formaliser le contenu de la discipline Médecine Générale pour l’enseigner à l’université. Cette production se concrétise par l’édition de la revue Exercer, du traité « Médecine générale. Concepts et Pratiques » (5) et du « Thérapeutique en médecine générale ».

Le CNGE Collège académique est à l’origine de la formalisation des cinq fonctions de la médecine générale (6) :
- Le premier recours,
- La prise en charge globale,
- La coordination des soins, la synthèse
- La continuité des soins, le suivi au long cours
- La Santé publique : le dépistage, la prévention

[1] Gay B. “What are the basic principles to definegeneral practice ? Presentation to inaugural
Meeting of European Society of General Practice/FamilyMedecine.” Strasbourg. 1995.
[2] Gay B, Le Goaziou M-F, Budowski P-L et al. Médecine Générale. Connaissances et
pratique. Paris. Masson ;
[3] WONCA EUROPE 2002 “The europeandefinition of general practice/ familymedicine”
[4] Leeuwenhorst group “The General practitioner in Europe. A statement by the working
partyappointed by the EuropeanConference on the Teaching of General practice.”
Netherlands.1974.
[5] Pouchain D, Attali C, de Buttler J et al. Médecine Générale. Concepts et pratiques. Paris.
Masson.1996 ; 5-9.
[6] Wainsten JP, Bros B, Dufour C, Huas D. Introduction aux fonctions du médecin généraliste.Exercer mars avril 1992 ; 16 : 4-6.

« La médecine générale est une discipline universitaire qui s’appuie sur une pratique, une recherche et un enseignement. » (1)

« La médecine générale n’est pas la compilation d’une partie des autres disciplines ni une autre façon d’exercer la même médecine dans un contexte différent. Elle se consacre aux soins primaires et privilégie la démarche clinique par rapport à l’intervention technique. » (2)

Le médecin généraliste est aujourd’hui le spécialiste de soins premiers. La notion de soins premiers anciennement appelés soins primaires est une notion définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lors de la conférence d’Alma Ata, en 1978, est précisée en 1996 par l’American Institute of Medicine.

Le médecin généraliste coordonne la prise en charge du patient, assure la synthèse, permet la continuité des soins dans le cadre d’un suivi au long cours et développe une démarche de santé publique.

En 1972, la WONCA (World Organization of National CollegesAcademies and Academic Associations of General Practitioners/FamilyPhysicians) voit le jour (3). La mission de cette organisation mondiale des médecins généralistes, médecins de famille est de promouvoir et de développer la discipline « Médecine Générale » pour obtenir et maintenir un haut niveau d’éducation, de formation, de recherche, de pratique clinique au bénéfice individuel des patients et de la communauté.

La première définition de la médecine générale réalisée par le groupe de Leeuwenhorst en 1974 est centrée sur les activités professionnelles du médecin généraliste (4).

En 2002, la WONCA a su impliquer les différentes structures européennes de médecine générale pour valider une définition consensuelle de la médecine générale, publiée avec l’assistance et la coopération du Bureau européen de l’OMS.

La discipline médecine générale est définie par onze critères :


1- Premier contact habituel avec le système de soin, permettant un accès ouvert et non limité aux usagers, prenant en charge tous les problèmes de santé, indépendamment de l’âge, du sexe, ou de toute autre caractéristique de la personne concernée.
2- Utilisation efficiente des ressources du système de santé, à travers la coordination des soins et la gestion du recours aux autres spécialités.
3- Approche centrée sur la personne, dans ses dimensions individuelle, familiale et communautaire.
4- Mode de consultation personnalisée à travers une relation Médecin/Patient privilégiée.
5- Responsabilité de la continuité des soins dans la durée selon les besoins du patient.
6- Démarche décisionnelle spécifique, déterminée par la prévalence et l’incidence des maladies dans le contexte des soins primaires.
7- Prise en charge simultanée des problèmes de santé aigus ou chroniques de chaque patient.
8- Intervention au stade précoce et non différencié du développement des maladies, pouvant requérir une intervention rapide.
9- Développement de la promotion et de l’éducation de la santé.
10- Responsabilité spécifique en terme de santé publique.
11- Réponse globale aux problèmes de santé dans leurs dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle. »

Cette définition de la WONCA n’a pas seulement un intérêt académique ; elle permet aussi une contribution forte au positionnement central de la Médecine Générale dans le système de santé.

Les deux représentants de la France au sein de la WONCA sont le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) et la Société Française de Médecine Générale (SFMG).

Crée en 1983, le Collège National des Généralistes Enseignants Français (CNGE) s’attache à développer une nouvelle approche sur la place et les missions de la médecine générale dans le système de soins. Il entreprend d’écrire et de formaliser le contenu de la discipline Médecine Générale pour l’enseigner à l’université. Cette production se concrétise par l’édition de la revue Exercer, du traité « Médecine générale. Concepts et Pratiques » (5) et du « Thérapeutique en médecine générale ».

Le CNGE Collège académique est à l’origine de la formalisation des cinq fonctions de la médecine générale (6) :
- Le premier recours,
- La prise en charge globale,
- La coordination des soins, la synthèse
- La continuité des soins, le suivi au long cours
- La Santé publique : le dépistage, la prévention

[1] Gay B. “What are the basic principles to definegeneral practice ? Presentation to inaugural
Meeting of European Society of General Practice/FamilyMedecine.” Strasbourg. 1995.
[2] Gay B, Le Goaziou M-F, Budowski P-L et al. Médecine Générale. Connaissances et
pratique. Paris. Masson ;
[3] WONCA EUROPE 2002 “The europeandefinition of general practice/ familymedicine”
[4] Leeuwenhorst group “The General practitioner in Europe. A statement by the working
partyappointed by the EuropeanConference on the Teaching of General practice.”
Netherlands.1974.
[5] Pouchain D, Attali C, de Buttler J et al. Médecine Générale. Concepts et pratiques. Paris.
Masson.1996 ; 5-9.
[6] Wainsten JP, Bros B, Dufour C, Huas D. Introduction aux fonctions du médecin généraliste.Exercer mars avril 1992 ; 16 : 4-6.